Accessoires : Simulateurs de haut parleur

Les simulateurs de haut-parleur servent à filtrer le son partant en sono, afin de le colorer comme s’il était émis par les haut parleurs des amplis de scène.

Ceci permet d’attaquer la console de sono en liaison directe depuis le pedalboard ou la sortie ligne de l’ampli, tout en offrant un son réaliste.
Les fréquences extrêmes sont bloquées, et le registre medium-aigu est sculpté. Cela reproduit le caractère chantant qu’apportent typiquement les hauts parleurs pour guitare.
Les simulateurs passifs produisent un effet sommaire et global. Il faut en revanche une électronique active pour modeler la courbe dans toutes ses inflexions caractéristiques.

Guitar Poppa a développe un circuit suffisamment élaboré pour sculpter la courbe de réponse de manière crédible, mais sans surcolorer le son.

Simulateurs de haut-parleur par GuitarPoppa.com - Types Celestion et Jensen

Repères audiotechniques

Courbes de filtrage des simulations Celestion (à gauche) et Jensen (à droite).

Les inflexions dans la courbe de filtrage

• Limitation de l’extrême grave. A l’exception du matos pour basse, les haut-parleurs pour instrument perdent leur rendement au-dessous de 80Hz, surtout s’ils sont installés dans un cabinet ouvert. Cela dégage le son, en particulier chez les british.

• Bosse de haut de grave et creusé du bas medium. Un filtrage doux creuse les fréquences vers 250Hz chez Celestion, plus vigoureux vers 300 à 400Hz chez Jensen.
Cela évite l’effet « Boxy » (Les vieux techs français disaient « son de tonneau »…).
Ce creusé doit préserver une bosse vers 80 à 150Hz, utile comme fondation du son.
L’effet de ces corrections est discret chez Celestion, plus contrasté chez Jensen.

• Bosse de medium entre 700 et 1000Hz. Elle fait toute la différence entre les haut-parleur pour guitare et les haut-parleur pour sono ou Hifi : c’est à ces fréquences que les membranes chantent et colorent l’instrument, ou doivent rester neutres.
L’allure de cette bosse varie d’un modèle à un autre. Basse et généreuse, elle donne le son chaud des Vintage30 de chez Celestion. Placée plus haut, elle participe au son bien droit des Greenbacks. Etroite et encadrée par des creux marqués, elle est typique du son Jensen.

• Notch de medium entre 1000 et 2000Hz. Tous les fabricants de haut-parleur pour guitare incluent une entaille qui sépare le registre aigu de celui des médiums.
Son effet est critique car elle opère dans la zone de sensibilité maximale de l’oreille.
Cette entaille évite le « son de carton » nasillard ou un excès de mordant, tout en préservant le haut du spectre.
Celestion a choisi de la placer vers 1.5kHz et de creuser modérément. Cela conserve du mordant sans casser les oreilles. Jensen la place plus haut, vers 1.8kHz, et creuse franchement. En empiétant sur les aiguës, cette entaille incite à monter franchement la bosse finale entre 2.5 à 4kHz, dans le style cristallin de la marque.

• Bosse d’aigues entre 2000 et 3500Hz et limitation finale. Autre caractéristique des haut-parleurs pour instrument : le registre aigu est nettement relevé, puis très rapidement atténué avant l’apparition de l’extrême aigu. Ce relevé acoustique évite d’avoir recours à l’électronique, dont l’effet « top boost » est en général un peu bêtement systématique.
Celestion limite assez vite cette bosse, dès 3000Hz, sauf dans les modèles Alnico.
Le relief peut toutefois être intense, comme dans le G12-65 et le Seventy-80.
Jensen élargit souvent la bosse de présence jusqu’à 4500Hz, en particulier dans ses modèles historiques P12N et P12Q. Elle est franchement relevée, et bénéficie en plus d’un effet de contraste du à l’entaille profonde qui la précède.

Options sonores

L’expérience commune aux musiciens électriques voit apparaître deux cultures :

• Le son anglais, représenté par Celestion. Le rendu est assez tendu, présent en mediums et hauts mediums, et pousse droit devant. Il est facile à produire et à moduler par les réglages de l’ampli ou du pedal board.
Je le conseille pour les amateurs de son solide et mordant, mais facilement arrondissable.

Site officiel Celestion

• Le son americain, représenté par Jensen. Le rendu est très typé, clair en haut et couillu en bas, avec les résonances mediums juste là ou il faut pour colorer l’instrument.
Il conviendra aux amateurs de couleurs acidulées, de confort sonore sans agressivité.

Site officiel Jensen


Les choix de Guitar Poppa

Ce sont ces deux caractères que j’ai sélectionnés pour les simulateurs fabriqués par GuitarPoppa, et synthétisés dans les deux courbes présentées ci-dessus.

Ils pourront se présenter en boîtier autonomes…
Ou ajoutés à des préamplis existants, dans un boîtier commun, avec en plus une sortie sono au format XLR3.

Autres références

Bien sûr, il y aurait aussi Eminence… Le problème, c’est que leurs modèles sont nombreux et dispersés sur le plan sonore…  On peut difficilement caractériser leur identité esthétique, autrement que vaguement américaine, mais influencée par toutes les modes.
Pour ne pas m’éparpiller, je préfère m’en tenir aux deux marques précitées, mieux définies.

Site officiel Eminence Speaker

Et surtout Weber… Basés sur les modèles américains historiques, leurs haut parleurs sont des reconstitutions exigeantes, avec un caractère chantant dans le medium, provenant des matériaux et procédés traditionnels mis en œuvre.
Ils développent également des modèles à la British, avec toujours comme référence les productions d’avant 1965.
Hélas, le prix élevé de leur importation limite les occasions de les écouter et comparer.
De plus, ils ne publient pas leurs courbes de transmission.
J’en ai personnellement quelques uns, de petit diamètre, et je les adore. Alors peut-être un jour un simulateur de 8 ou 10 pouces…

Site officiel des HP Weber

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn