Transistors germanium : modèles Black Glass

 L’appellation Black Glass fait référence au verre laqué noir avec lequel était réalisé le boîtier de ces premiers transistors courants. La technologie du verre avait été choisie car à l’époque les plastiques ne permettaient pas une étanchéité parfaite entre le boîtier et les connexions. Les Black Glass ont été largement diffusés, et les papys électroniciens en ont encore un souvenir ému. Il faut aussi dire qu’on les trouve dans les premières fuzz, les premiers systèmes audio et les premiers automatismes transistorisés.

Cet article est l’occasion d’évoquer les propriétés des principaux modèles et de repérer leur capacité à être employés dans des circuits dévolus aux guitares.
NB : je ne parle que de transistors que j’ai eu effectivement en main.



Que valaient les Black Glass ?

Composants - Black Glas - recadré 2


Ils étaient fragiles, parfois un peu bruyants.
Leur courant de fuite, le défaut générique des transistors au germanium, est un en général supérieur à celui des modèles postérieurs en boîtier métal. Quarante ans plus tard  je les ai souvent trouvés assez musicaux : Presque tous associent un timbre et un grain typique, ce qui les rend exploitables dans des préamplis overdrive et surtout dans des Fuzz.

Certains ont été utilisés dans des pédales de chez Arbiter, Sola Sound, Vox, Marshall…
Certains étaient des modèles industriels de haute qualité destinés à l’informatique.
D’autres enfin ont été redécouverts par des cloneurs, en replacement des classiques.

Modèles tout verre

OC70
Le premier transistor grand public en technologie Black Glass.
Il est plutôt fragile, bruyant et son gain est médiocre : un des rares qui soit vraiment obsolète. OC71 est  plus sûr, tant qu’à faire dans la vieillerie.

OC71, OC72 
Modèles pour usage général, pas trop bruyants. Courant de fuite moyen.
Gain correct pour une fuzz. Timbre plutôt doux.

OC75
Courant à l’époque, il équipait les Fuzz historiques à trois transistors Supa Fuzz Marshall et certains Tone Bender cultes à 2 transistors. Très recherché et donc cher.
Super grain médium-chaud, parfait en Fuzz. Souvent fuiteux, pas toujours facile à biaser.

AC107
Un des derniers Black Glass, avec déjà le nouveau code d’immatriculation ACxxx. Rare.
Équipait à l’époque les préamplis audio professionnels. Son remarquable, fin et doux.
Certains modèles tardifs en petit boîtier métal semblent être de mauvais démarquages.

OC203, OC613 et similaires
Les transistors de ces séries ne sont pas des germanium, mais parmi les premiers silicium. Leur qualité technique est encore très incertaine. Il vaut mieux les oublier…

Modèles black glass encapsulés

Vers 1964-66, les boîtiers en verre ont été encapsulés sous aluminium, plus rarement sous plastique, afin de limiter les risques de casse.

OC72, OC74, OC76
Développement avec plus de gain des OC71-72 originels. Fonctionnent assez bien.
OC74 est peu connu, mais a été redécouvert par les cloneurs des 2010s. Bien en fuzz.
OC76 sort du lot par sa clarté sonore. Pour ceux qui aiment les fuzz pointues. Il équipait certains Vox Tone Bender.

OC81, OC83, OC84
Modèles particuliers de petite puissance. Donnent un très bon grain aux fuzz.
OC81D équipait certains Tone Bender anglais et italiens. Encore plus recherché que OC75.

OC139 (aluminium), OC140 (tout verre)
Transistors industriels aujourd’hui durs à trouver.
Les premiers modèles NPN développés pour l’informatique.
Donnent des Fuzz très fiables, au son homogène, et des overdrives clairs et précis.
Une bonne solution si l’on cherche à insérer des transistors au germanium dans un circuit standard avec négatif à la masse sans avoir à le transformer. Mais il faudra payer…

Transistors haute fréquence

OC43
Un des premiers transistors germanium développé pour l’automatisme ou la HF.
Proche de OC 44, mais bien plus rare. Très fiable, assez peu fuiteux.
Son très fidèle, saturation sans couleur particulière. Bien en booster d’aigues.

OC44
Parmi les premiers germanium pour les radio-fréquences.  Assez peu fuiteux.
OC44 convient bien pour des boosters, préamplis. Il équipait le Rangemaster d’Arbiter…
On peut le remplacer avantageusement par les AF124 et AF125 en boitier métal.

OC45
Moins hautes fréquences  que les précédents, mais très peu fuiteux, donc fiable et facile à biaser. Mêmes qualités en booster d’aigues et autres préamplis.

AF115, AF116
Ce ne sont pas des blacks glass encapsulés, mais déjà des boîtiers de type Philips-Mullard.
Ils méritent toutefois d’être cités ici tant que premiers germanium conçus pour les récepteurs radio à modulation de fréquence.
Ils présentent une quatrième connexion, permettant de connecter le boîtier du transistor à la masse. Ces modèles sont malgré cela très fragiles, et donc à éviter.

AF124, AF125
Ce sont des modèles postérieurs, en boîtier TO1 long. Ils sont bien plus fiables et moins bruyants que AF115-116 et plus performants que OC43-44-45.
Ils permettent de réaliser des préamplis ou des booster d’aigues très nerveux, en particulier des versions modernes du Rangemaster ou du Screaming Bird.

Guitar Poppa
2e édition, juillet 2017.
Bandeau fin gris moyen - L15

Contacter Guitar Poppa…

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn