Archives pour la catégorie techno

Accessoires : Simulateurs de haut parleur

Les simulateurs de haut-parleur servent à filtrer le son partant en sono, afin de le colorer comme s’il était émis par les haut parleurs des amplis de scène.

Ceci permet d’attaquer la console de sono en liaison directe depuis le pedalboard ou la sortie ligne de l’ampli, tout en offrant un son réaliste.
Les fréquences extrêmes sont bloquées, et le registre medium-aigu est sculpté. Cela reproduit le caractère chantant qu’apportent typiquement les hauts parleurs pour guitare.
Les simulateurs passifs produisent un effet sommaire et global. Il faut en revanche une électronique active pour modeler la courbe dans toutes ses inflexions caractéristiques.

Guitar Poppa a développe un circuit suffisamment élaboré pour sculpter la courbe de réponse de manière crédible, mais sans surcolorer le son.

Continuer la lecture de Accessoires : Simulateurs de haut parleur 

Mama’s tone controls

General principle

CurvyMama’s tone controls are original circuits, working in the frequency ranges that cause the roundness and clarity of the sound : Low mids between 150 and 250Hz, and the medium / trebles articulation between 1 and 3 kHz …
Traditional circuits seldom operate on these specific frequencies, but rather on bands that are easy to spot but not so substantial on  the musical wise.

So, setting the tone of CurvyMama may seem less obvious than keeping bound to the broad categories Low / Medium / Treble. This is much like adjusting sound colors, more subtle nuances. It can be very intuitive. Musicians have ears, right?

Bandeau medium rouge - L15 - Tonalité

curvymama mk2.0 boitier et commandes


The controls of CurvyMama, Harp version.

The tone controls

Bottom

• Sets the level of upper bass and low mids. (100 to 250Hz). This setting gives the thigh to the harps and somme curves to the guitars, without bringing unnecessary bass.
• Almost neutral effect in 12 o’clock position.

Biting

• Balances the overall balance of the mid-high range (500-2000Hz).
• Almost neutral effect in 12 o’clock position.
Turned left : filters to a darker, softer tone.
Turned right : filters to a clearer and more biting tone …
• Very interactive with the Contour setting.

Contour

• Contour sculpts the medium / high frequencies that Biting has globally set.
• It treats together and symmetrically the medium to 600Hz and treble to 3000Hz.
Turned left : attenuate the treble AND draws a slight medium hump.
Turned right : hollows the medium AND boosts the treble.
• Almost neutral effect in 12 o’clock position.

Specific switches of the Harp version

The Less Mids switch straightens the bandwidth in case of excessive mid frequencies.
It notches the tone to 1.5kHz. It’s good for the ear, especially in the case of crystal bullet mikes that sound often harsh. Just as useful, it reduces the risk of feedback.

The Invert Phase switch don’t change the tone, but reverses the phase of the output signal.
This can be very useful to minimize feedback. For a given position of the musician on stage, there is always one of the two positions that alleviates the problem.

Bandeau medium rouge - L15 - Tonalité

Useful benchmarks

The Bottom, Biting and Contour settings are neutral when they are set at 12 o’clock.
It is convenient to quickly recover a sound reference and then work its color.

• Knobs all turned in the same way give a sound of low interest, and sometimes just an increased volume.
One get richer sounds with controls set on different positions.

What setting order ?

It is better to start with the most general settings, then go to the most special settings, and finally set the nuances …

1. Bottom. Starting with bass and low medium, one gets immediately the roots of the sound, where the fundamentals are … The general level and the grain will depend on this first setting

2. Biting. One can then set the sweet / biting balance. This is important because guitar and harp are instruments that can be easily aggressive to the ear.

3. Contour. Finally we specify the mid / high zone:
denser and hot on the left, more hollowed out and pointed on the right …
This leads to differentiate and carve into the sound.

4. Play with the Biting / Contour interaction :
Biting and Contour each operate in their own way in the same medium-high range.
• General principle: Biting ensures a global balance while Contour carves détails…
• They are cumulative if they are turned in the same direction :
dark on the left, sharp on the right.
• They draw nuanced sound profiles when they are operated in opposite directions :
for example, one is turned to 10:00 am when the other is turned to 14:00, and vice versa …

5. Think of adjusting the texture by setting the Drive (Gain) :
Drive allows you to dose the grain of the sound, from a smooth texture to the appearance of a grain, then to the overdrive on loud passages or in the entire musical game.
• The overdrive is very related to the tone settings because they work upstream of the saturating stage, like on vintage amps.
• In particular, Drive and Bottom are almost always jointly settled.

Good finds!

Guitar Poppa

Transistors au germanium pour Fuzz -4

Transistors de commutation
ex : 2N404 (le classique américain)

Les premiers circuits transistorisés pour l’automatisme et l’informatique ont nécessité des composants spécifiques, francs dans leur réponse mais sans bande passante extrême pour autant. Assez proches des transistors radio fréquence, ils s’en distinguent par leur fréquence maximum volontairement modérée et leur fiabilité.  Certains modèles ont un grain sonore quasi vintage, convenant bien aux Fuzz Face. Ils pourraient faire autant référence que les omniprésents transistors audio de petite puissance : Les bricoleurs américains ne s’y sont pas trompés, et plébiscitent depuis longtemps le classique 2N404 …

Continuer la lecture de Transistors au germanium pour Fuzz -4 

Transistors au germanium pour Fuzz -3

Transistors haute fréquence
ex : OC44 (Rangemaster, 1966)

Les transistors au germanium pour haute fréquence sont apparus en deuxième génération. Leur technologie élaborée permettait d’obtenir un gain conséquent même aux fréquences de l’ordre de 30MHz, puis 100MHz ou plus.
Plus chers et fragiles à leurs débuts, ils n’ont pas été très utilisés par les constructeurs de pédales, avant tout soucieux de d’économie et robustesse. L’OC44 a néanmoins été exploité par Arbiter dans le premier Treble Booster, le Rangemaster, où son gain et sa bande passante pourtant encore modeste ont parfaitement fonctionné.

Continuer la lecture de Transistors au germanium pour Fuzz -3 

Transistors au germanium pour Fuzz -2

Transistors de préamplification audio
ex : NKT275 (Fuzz Face, 1966-67)

Ce sont les transistors au germanium les plus courants. Ils ont été conçus pour les circuits de préamplification audio dans des matériels grand public ou de moyenne gamme, où ils ont rapidement remplacé les tubes. Ils se distinguent par un gain qui peut atteindre 200, avec une fréquence maximale de l’ordre de 1MHz.
Les pédales de 1966-69 ont d’abord exploité des modèles black glas comme OC75, puis en verre encapsulé comme OC76 et OC81… Les AC125 et AC126 de Philips/Mullard étant assez chers, des versions cheap comme le NKT275, et certains SFTxxx ont eu leur heure de gloire avant d’être oubliés, puis redécouverts vers 1990…

Continuer la lecture de Transistors au germanium pour Fuzz -2 

Transistors au germanium pour Fuzz -1

Transistors audio de petite puissance
ex : AC128 (Fuzz Face, 1966-69)

Ces transistors ont été conçus pour attaquer les hauts-parleurs des radios et autres produits audio grand public. Ils se distinguent des autres familles par leur puissance dissipable et leur courant de collecteur conséquents qui supposent une fabrication particulière. Certains modèles ont été reconnus dès 1967 comme apportant aux Fuzz une texture sonore plus souple, dite « crémeuse »…
Ils ont alors gagné une réputation qui a fait entrer cette famille de composants dans la culture des effets pour guitare.

Continuer la lecture de Transistors au germanium pour Fuzz -1 

CurvyMama : Contrôles de tonalité

Principe général

Cet article concerne aussi bien CurvyMama version simple et CurvyMama + SimSym.

Les contrôles de tonalité de CurvyMama exploitent des circuits originaux, modelant les plages de fréquence qui font la rondeur et la clarté du son : le haut de graves et l’articulation entre medium et aigu…
Les circuits traditionnels opèrent rarement sur ces fréquences précises, mais plutôt sur des plages conventionnelles pas forcément judicieuses, en particulier pour l’harmonica.

Régler la tonalité de CurvyMama peut sembler moins évident que d’en rester aux catégories banales Graves / Medium / Aigues. Cela revient à doser des couleurs sonores, des nuances plus subtiles, mais intuitives — Les musiciens ont des oreilles, non ?

Bandeau medium rouge - L15 - Tonalité

curvymama mk2.0 boitier et commandes


Les commandes de CurvyMama, version Harp.

Les contrôles  de tonalité

Bottom

• Dose le niveau des graves et du bas mediums. (100 à 250Hz). Ce calage donne de la cuisse à l’harmo et des rondeurs aux guitares sans amener de basses inutiles.
• Effet quasiment neutre en position 12h.

Biting (mordant)

• Equilibre la balance générale de l’ensemble medium-aigu (500-2000Hz).
• Effet quasiment neutre en position 12h.
Vers la gauche : Colore vers une tonalité plus sombre et douce.
Vers la droite : Colore vers une tonalité plus claire et mordante…
• Très interactif avec le réglage Contour.

Contour

Contour sculpte les fréquences medium/aigues que Biting a dosées globalement.
• Il traite symétriquement le medium vers 600Hz et l’aigu vers 3000Hz.
Vers la gauche : atténue l’aigu ET dessine une légère bosse medium.
Vers la droite : creuse le medium ET booste les aiguës.
• Effet quasiment neutre en position 12h.

Switches spécifiques de la version Harp

Le switch Less Mids permet de redresser la bande passante en cas d’excès de mediums.
Il amène un creux vers 1,5kHz. C’est bon pour l’oreille, surtout dans le cas de micros bullet à cristal, assez burins. Par ailleurs, il diminue un peu le risque de larsen.

Le switch Invert Phase ne modifie pas la tonalité, mais inverse la phase du signal de sortie.
Cela peut être très utile pour minimiser les risques de larsen. Pour une situation donnée du musicien sur scène, il y a toujours une des deux positions qui atténue le problème.

Bandeau medium rouge - L15 - Tonalité

Repères utiles

Les réglages Bottom, Biting et Contour sont neutres quand ils sont positionnés à 12h.
Prendre cette position comme référence sonore, et travailler ensuite la couleur.

Les contrôles tous tournés de manière identique donnent un son banal.
On obtient des sonorités plus riches avec les contrôles sur des positions différenciées.

Un ordre de réglage ?

Il vaut mieux commencer par les réglages les plus fondamentaux, aller ensuite vers les réglages les plus particuliers, et enfin ajuster les nuances…

1. Bottom. En commençant par l’ensemble graves + bas medium, on obtient tout de suite les bases du son, là où il y a les fondamentales… Cela aide à régler le niveau et le grain.

2. Biting. On peut alors équilibrer l’équilibre doux/mordant. C’est important, car la guitare et l’harmo sont des instruments qui peuvent être facilement « burins ».

3. Contour. On précise enfin la zone médium/aigu : plus dense et chaude à gauche, plus creusée et pointue à droite… Ceci amène à découper, différencier, dessiner dans le son.

4. Jouer avec l’interaction Biting/Contour :
Biting et Contour opèrent chacun à leur manière dans la même zone medium-aigu,.
Principe général : Biting assure une balance globale alors que Contour découpe
• Ils se cumulent si on les actionne dans le même sens : sombre à gauche, pointu à droite.
• Ils dessinent des profils sonores nuancés quand on les actionne en sens inverse : par exemple l’un va vers 10h quand l’autre va à 14h, et inversement…

5. Penser à ajuster la texture par le réglage de gain :
Gain (Drive) permet de doser le grain du son, d’une texture lisse à l’apparition d’un grain, jusqu’à l’overdrive, sur les passage forts ou sur l’ensemble du jeu musical.
• L’overdrive est très lié aux réglages de tonalité car ceux-ci opèrent en amont de l’étage saturant, comme sur les amplis vintage.
• En particulier, Drive et Bottom sont presque toujours à régler conjointement.

Bonnes trouvailles !

Guitar Poppa

Bandeau medium rouge - L15 - Tonalité

Transistors au germanium : Propriétés sonores


Il y a bien un « son germanium », et il convient particulièrement à l’amplification des instruments avec un léger overdrive. Les transistors au germanium apportent une chaleur et un grain aussi plaisants à l’oreille que celui des lampes, sans pour autant sonner pareil. L’impression de chaleur est à peu près équivalente (pour les mêmes raisons, d’ailleurs, en particulier l’effet Miller qui atténue dynamiquement les hautes fréquences). Le grain sonore du germanium sonne en général un peu plus « brun » que celui des tubes, et bien moins plat que celui du silicium…
En préamplification et autres overdrives, les transistors au germanium permettent de bénéficier des facilités de la technologie à transistors, tout en se démarquant de la rigueur neutre du silicium. Plus radicalement, il s’oppose à la sonorité sèche ou pharmaceutique de la majorité des circuits intégrés.

Après des années de tests et d’expérimentations, je suis en mesure d’en préciser des paramètres caractéristiques, et heureux de partager cette connaissance que j’applique dans les circuits qui sont présentés sur ce site : des circuits pour faire plaisir aux guitares.

Continuer la lecture de Transistors au germanium : Propriétés sonores 

Transistors germanium : modèles Black Glass

 L’appellation Black Glass fait référence au verre laqué noir avec lequel était réalisé le boîtier de ces premiers transistors courants. La technologie du verre avait été choisie car à l’époque les plastiques ne permettaient pas une étanchéité parfaite entre le boîtier et les connexions. Les Black Glass ont été largement diffusés, et les papys électroniciens en ont encore un souvenir ému. Il faut aussi dire qu’on les trouve dans les premières fuzz, les premiers systèmes audio et les premiers automatismes transistorisés.

Cet article est l’occasion d’évoquer les propriétés des principaux modèles et de repérer leur capacité à être employés dans des circuits dévolus aux guitares.
NB : je ne parle que de transistors que j’ai eu effectivement en main.

Continuer la lecture de Transistors germanium : modèles Black Glass 

Transistors germanium : modèles en boîtier TO1

Les boîtiers TO1 ont été les premiers boîtiers européens tout métal équipant les transistors au germanium de grande diffusion après l’abandon du boîtier black glass vers 1965.
Cela concerne les séries ACxxx, les séries industrielles ACYxxx, ASYxxx, ASZxxx, ainsi que les fameux NKTxxx britanniques. Les 2SAxxx japonais l’ont également exploité, tandis que les USA préféraient le boîtier TO5, plus gros. Un autre boîtier TO1, plus allongé, a équipé les transistors fabriqués en Europe de l’est : certains ACxxx, les SFTxxx fabriqués sous license, et les productions nationales de ces pays.

Les boîtiers ne suivent pas toujours une stricte norme dimensionnelle, ce qui intrigue de nos jours. Cela peut aider à identifier l’origine, et parfois la qualité des transistors.
Cet article est là pour partager quelques repères et informations de base…

Continuer la lecture de Transistors germanium : modèles en boîtier TO1 

Alimenter les pédales : Tour d’horizon

L’alimentation des fuzz et autres pédales au germanium est à la fois une question banale et un sujet pointu. Les questions banales concernent la polarité et la consommation. La question pointue est de choisir entre les divers modes d’alimentation : piles, alimentation traditionnelle à transformateur, ou alimentations à découpage…

Après ce survol, un deuxième article tentera de dégager des critères sur lesquels assurer ses choix personnels… Un troisième article sera enfin consacré au système d’alimentation que j’insère dans mes pédales Guitar Poppa, afin de les rendre silencieuses  et compatibles avec tout type d’alim continue respectant le standard négatif à la masse.

Continuer la lecture de Alimenter les pédales : Tour d’horizon 

Alimenter les pédales : Quoi de sûr ?


Le premier article survolait la question de l’alimentation des pédales d’effet, et plus largement de n’importe quel circuit actif destiné aux guitares.
La situation n’est pas aussi simple qu’on le voudrait, et cet article un peu long…
J’espère qu’il fera apparaître des constats et des solutions compréhensibles et utiles.

On se souviendra par ailleurs que certaines ronflettes indésirables ne sont pas une affaire d’alimentation, mais de connexions des masses dans la chaîne sonore ou la guitare…

Continuer la lecture de Alimenter les pédales : Quoi de sûr ? 

Alimenter les pédales : Trucs de Poppa

Dans les sixties, les pédales étaient uniquement alimentées par piles. C’était permis par leur faible consommation. Les pédales plus gourmandes arrivées fin 70s ont en revanche nécessité des alimentations externes. Elles étaient à transformateur, et plus ou moins bien filtrées (ah la ronflette…).  Aujourd’hui, les alimentations à découpage se sont généralisées à cause de leur faible prix de revient. Le problème est qu’elles aussi sont bruyantes : elles produisent des sifflements vers 1 à 3 kHz qui peuvent être audibles et très désagréables dans le matériel analogique ordinaire.

Il m’a donc fallu intégrer la question de l’alimentation dans le projet Guitar Poppa :
Mes équipements devaient fonctionner le plus silencieusement possible avec à peu près n’importe quelle alim continue de polarité standard donnant 7 à 12V en charge.
J’en ai déduit un circuit d’alimentation «maison», que j’insère dans toutes mes pédales.
Il comporte un filtrage actif et autant de cellules de découplage que nécessaire.


Continuer la lecture de Alimenter les pédales : Trucs de Poppa 

Fuzz : Réglage de la bias

Le terme américain bias désigne ce que nous appelons en français la polarisation d’un circuit, et c’est pour cela que j’ai l’habitude d’en parler au féminin.

Régler la bias d’un circuit consiste à ajuster une tension de repos sur certains points critiques du circuit, afin que les signaux puissent y transiter sans déformation.

Cet enjeu est essentiel en HiFi/sono, mais c’est pareil dans un overdrive ou une fuzz :
La forme du signal, même saturé, ne doit pas être dénaturée si on veut le meilleur son.

Cet article vise à faire le point, en étant précis à la fois du point de vue technique et du point de vue musical… Il est un petit peu long, mais je le crois utile.

Continuer la lecture de Fuzz : Réglage de la bias 

Pédales : le True Bypass

Cet article est consacré au plus connu des systèmes de commutation : le True Bypass.
Nous verrons qu’il s’agit effectivement d’un procédé rationnel, mais qui a des limites pratiques, dues au fait que la voie Bypass fonctionne en haute impédance.

Ceci introduit une querelle d’école dans le monde des guitaristes : le buffering, avec ses pour et ses contre … Ce thème du buffer d’entrée sera abordé dans un prochain article.

Continuer la lecture de Pédales : le True Bypass 

Les buffers d’entrée

Les buffers sont des étages-tampons que l’on intercale entre une source de signal et un circuit aval quand ce dernier n’est pas capable d’exploiter directement le signal.
On peut avoir besoin d’en élever le niveau (buffer de tension), ou plus souvent de le rendre disponible sous un courant plus fort. (buffer de courant).

On trouve souvent des buffers de courant à l’entrée des pédales —  on les appelle aussi adaptateurs d’impédance : ils prélèvent un courant très faible sur les micros haute impédance de la guitare, et en transmettent une copie vitaminée aux étages électroniques suivants, qui demandent un courant supérieur — ont dit qu’ils fonctionnent en moyenne ou basse impédance. De même les buffers installés en sortie des bonnes pédales sont capables de combler les fuites capacitives dans les câbles pourris ou très longs…
Dans les deux cas, on évite des pertes et des distorsions du signal, en particulier en ce qui concerne sa dynamique et la qualité des aiguës.

Ces circuits sont parfois mal considérés par les puristes du vintage, sous prétexte que les circuits historiques n’en avaient pas — et que les pédales japonaises en sont truffées.
Guitar Poppa ne pouvait rester indifférent à cette querelle électronico-esthétique !

Continuer la lecture de Les buffers d’entrée